LE MONDE À L’ENVERS


(0) commentaires

 

Le monde à l’envers c’est le chamboulement permanent dans tous les domaines : le faux prend la place du vrai, le rictus défait l’honnête, la com piétine les simples faits, le stupide règne sur la raison!

Aujourd’hui, ceux et celles qui sont accusés de vols, de détournements, de fraudes, de manipulations, voire de meurtres, viennent se produire directement ou indirectement dans la grande scène de la vertu blessée, de l’innocence piétinée, du malaise au bord de la crise cardiaque ou du suicide, car bien sûr, et les médias les y attendent, la tragédie criminelle réclame des solos d’opéra et des contorsions qui semblent plus crédibles que la vérité elle-même…

La concomitance de ces comportements à tous les niveaux produit lentement et irréversiblement la dilution de notre Démocratie. A force de vouloir empêcher l’autre, car on convoite uniquement sa place, nuire à l’autre par tous les moyens, refuser systématiquement des résultats d’élections, transformer une réalité en un cauchemar de rhétorique, ou comme par magie faire passer des assassins pour des agneaux égarés, on détruit tous les fondements de notre société, on la délite, on la ruine, on y ouvre des brèches irréversibles, on la réduit en cendres.

 
La récente étude sur les «Fractures françaises en 2019» montre, outre certains paradoxes, un pourcentage élevé de citoyens pensant que la Démocratie n’est plus la meilleure réponse aux problèmes de notre époque! De plus la défiance se creuse envers les politiques, les institutions et les médias. Dans cette étude il ressort également que hier est meilleur qu’aujourd’hui, que le progrès n’est plus certain, et que l’autorité est réclamée par tous…Oui mais, laquelle? On recherche un peu tout et son contraire, et cela souligne l’immense désorientation d’une société, qui doute de tout systématiquement et de façon compulsive, sans jamais que les citoyens, pris séparément et dans tous les domaines, se remettent eux en question via les postures, les fake news et les délires complotistes qu’ils propagent sans nulle réflexion sur le Web.

 
Il y a plus de deux siècles les français prenaient La Bastille, certains de nos jours voudraient imaginer qu’une autre Bastille, numérique ou symbolique, puisse être mise à bas pour le plus grand bien du peuple. Le peuple étant un mot à illusion d’optique il faut bien sûr comprendre qu’il s’agit d’un renversement qui servira les intérêts des faussaires de l’Histoire, des voleurs arrogants et des crapules sans foi ni loi qui aujourd’hui font autorité via les réseaux sociaux.

Là-dessus, comme si le poison extérieur n’était pas suffisant, des juges eux-mêmes commencent à dédouaner des délits et à ouvrir la boite des «motifs légitimes», car si on comprend bien où ils commencent on ne peut pas savoir où ils aboutiront…Rétrospectivement, les agissements des «Brigades rouges» en Italie, doivent avoir eux aussi des «motifs légitimes»?

Personne ne voit donc que le terme «légitimité» ne peut être employé pour expliquer ou permettre tout et n’importe quoi dans un État de Droit? Quand on perd tous ses repères la fin est proche, c’est valable pour un individu naufragé ou égaré dans une jungle, mais c’est aussi valable pour une société toute entière.

La Vème République, si décriée, et pourtant déjà si modifiée, n’est pas un paravent qui cacherait, comme on veut nous le faire croire par une propagande sans fin, le trône des riches, mais bel et bien une forteresse dans le chaos. Un tour d’horizon comparatif des constitutions des pays occidentaux et autres devrait servir déjà à relativiser, voire à éteindre, toutes les critiques névrotiques que l’on accole à nos institutions.

Je conseille vivement d’ailleurs à tous ceux qui décrient cette Constitution de la Vème République, mais qui ne l’ont jamais lue, de l’étudier enfin avec ses préambules et les principes fondamentaux qu’elle dégage. Voyons donc ce que l’on nous propose pour la remplacer et comparons les deux…C’est une farce bien amère que l’on promet aux gens que l’on aura d’abord manipulés comme des marionnettes en peignant leurs idées en rouge ou en brun et en les habillant de jaune, de vert ou des haillons de l’opportunisme.

 
Aujourd’hui l’assertion sans preuve, vociférée sur tous les tons à travers la presse, les chaines d’infos et Internet, sert de justification à tous ces complotistes! On a désormais les mêmes ressorts caricaturaux que les premiers films muets en noir et blanc, avec des postures grandiloquentes, mais avec en plus le son des dissonances, des accusations à tout va et des élucubrations de vieux politiciens malades d’eux-mêmes. Et chaque jour, les mêmes plateaux servent le même plateau de poison et de contorsions médiatiques. Ce guignol permanent sert à déstabiliser, à décrédibiliser, à noyer l’information, et à rendre notre pays encore plus ingouvernable.

Oui il faut accepter qu’une majorité élue définisse une politique à tenir, oui il faut respecter ceux qui ont obtenu un pouvoir grâce à une élection, oui il faut préserver les biens d’autrui, les symboles et représentations de notre République! Soixante sept millions d’individus ne se dirigent pas comme une ville-État, la Démocratie nécessite aussi une conscience citoyenne, une culture politique et non pas politisée, et un respect de tous dans leurs diversités d’appartenance à tels ou tels courants ou partis, dans leurs croyances ou non, dans leur sensibilité, et dans leur sexe. Le comble dans un pays comme le notre c’est de devoir défendre l’évidence et les acquis de nos pères.

Certes on peut toujours mieux faire et il ne faut pas s’en priver dans nos institutions, mais on peut également, si on n’y prend garde, tout laisser détruire du jour au lendemain. Il faut se rappeler les dégradations de l’Arc de Triomphe en décembre 2018! Est-on si éloigné des circonstances qui ont permis l’incendie du «Reichstag» en 1933 ou des déstabilisations en cascades qui ont donné le pouvoir aux «Trente tyrans» à Athènes, jadis? Je n’en suis pas sûr…

Déesse de la Démocratie, inventée et détruite à Pékin en 1989, et reproduite dans de multiples endroits dans le monde...
JLG, septembre 2019



NOTES




https://jean-jaures.org/sites/default/files/redac/commun/productions/2019/0916/fractures_francaises_2019_ok.pdf